Cours – Série 2 – n°5/5

Série 2

Conversations avec un artiste

par Lionel Bovier, Julien Fronsacq, Elisabeth Jobin, Charlotte Morel, Françoise Ninghetto et Charlotte Schaer

En présence de Pierre-Antoine Héritier, entretien conduit par Sophie Costes (cours uniquement en présentiel)

 

Science, patience et savoir-faire : la restauration des œuvres

« Il a réduit la peinture à sa stricte matière, à sa quintessence, à ses deux dimensions : un mince film coloré aussi fragile que l’aile d’un papillon, un agglutinat de pigments et de liants fin comme une peau humaine, si fin qu’il a pu admirer le dessin à travers. Cette membrane gigantesque, il l’a séparée du panneau de bois pulvérulent qui lui servait de support, au prix d’une patience infinie, puis il l’a marouflée sur un châssis entoilé d’un coutil au point serré. Il aimerait qu’on fasse ainsi de son âme, qu’on la détache de sa vieille carcasse fatiguée pour l’arrimer à un corps neuf et vaillant. Qu’on lui donne la vie éternelle ». *

Qu’ont à nous raconter les restaurateurs d’œuvres d’art, quelle lecture font ils des œuvres en pénétrant au cœur de la matière, en déchiffrant les tracés premiers sous l’amoncellement des couches successives ? Comment la pratique de leur métier, entre déontologie et prise de risques permet-elle aux œuvres, parfois les plus contemporaines d’échapper aux outrages du temps et des gestes iconoclastes des visiteurs de musée ?

Pierre-Antoine Héritier est de ceux-là, depuis l’ouverture du MAMCO à l’automne 1994, son expertise et son savoir-faire accompagnent l’équipe de conservation pour protéger, mettre en exposition et restaurer les œuvres dont le musée a la charge.

Qui est-il, comment ses recherches sur les pigments, les particules fines, les solvants…, ses collaborations (Artmyn, Matis) permettent elles des avancées dont bénéficient les œuvres que nous lui confions ? Comment fonctionne la collaboration conservation-restaurarion ?

Ce sont là quelques-uns des points que nous aborderons à l’aide d’un support PowerPoint.

 

*Paul Saint Bris, L’Allègement des vernis, Paris, éd. Philippe Rey, 20023, Prologue.